25 expressions à connaître pour gérer une campagne emailing

 
Cet article vous intéresse ? Partagez le

Réalisé à partir de [Livre Blanc] : « 25 termes pour comprendre l’email marketing » de Hatime Araki et Bruno Fridlansky

  • L’emailing est à la base une technique marketing mais connaissez-vous le langage dédié à son utilisation ? En effet, savoir créer des campagnes emailing passe également par la connaissance d’un certain vocabulaire dédié à l’activité.
  • L’objectif lorsque vous réalisez des campagnes emailing est en priorité d’atteindre votre cible finale qui est l’internaute qui va ouvrir et lire votre email.
  • Votre stratégie emailing doit être transparente et se doit de répondre à quatre questions. Il est d’abord primordial que vous définissiez à qui vous parlez, quelle est votre audience et quelle est votre cible. Ensuite, identifiez-vous, sachez parler de vous. Votre réputation est également très importante. Les internautes veulent savoir ce que vous valez mais aussi si vos propos sont pertinents ou pas. Est-ce que ce mail vaut la peine d’être ouvert et d’être lu ?

Nous vous proposons dans cet article de découvrir 25 termes les plus utilisés lors de création de campagnes emailing.

1. CNIL : Conseil national de l’informatique et des libertés. Veille à ce que l’informatique respecte l’identité humaine, les droits de l’homme, la vie privée et les libertés. Les données personnelles sont protégées par cet organisme.

lutte-contre-spam

 2. OPT OUT : traduit en français, cela donne : option de retrait. Souvent utilisé en marketing et emailing, ce termequalifie une adresse email. Opt-Out signifie que l’individu n’a pas refusé (décoché la case) de faire partie de la liste des personnes à qui l’on va envoyer un email. L’Opt-Out est interdit en Franceà part pour les activités entre entreprises (B2B). 3. OPT IN : dans ce cas de figure, avant d’envoyer un email on a besoin d’un consentement explicite de la part du destinataire pour pouvoir lui envoyer des emails ou pour faire parvenir ses coordonnées à des partenaires.
4. DOUBLE OPT IN : C’est quasiment le même principe que l’Opt-In à part qu’en plus de donner explicitement son accord pour recevoir des emails, l’internaute doit valider son adresse email. 5. ICANN : Internet Corporation for Assigned Names and Numbers. C’est une organisation sans but lucratif qui gère les Identificateurs de protocole (IP) et les noms de domaine (DNS)6. CAN-SPAM ACT : loi des Etats-Unis (2003)  visant à lutter contre le spam et à contrôler les messages non sollicités. 7. PHISHING ou hameçonnage : est une technique d’usurpation d’identité. C’est une escroquerie qui a pour but d’intercepter des informations de la part des internautes de manière détournée et trompeuse. (code de carte bleue…)phishing dans les campagnes emailing8. SPF ou SENDER ID : Le Sender ID est un dispositif combinant le SPF (Sender Policy Framework) et le Microsoft’s Caller ID et dont le but est de vérifier la transparence d’un message et surtout la véracité de son expéditeur.9.DMARC : Domain-based Message Authentification, Reporting & Conformanc. Le protocole DMARC protège les utilisateurs d’Internet de toute tentative de fraude ayant pour but de récolter leurs données sensibles.10. DKIM ou DOMAINS KEY : c’est un système d’authentification basé sur une signature cryptographique du corps du message. De part cette signatures, les destinataires du message savent de manière sécurisée qui est l’expéditeur.

Lire :   Banniere-online : vos bannières animées à partir de 40 euros

11. EXPEDITEUR : C’est le premier élément par lequel les indiviuds vont filtrer le message. Il désigne la personne ou la marque sui s’adresse au destinataire.

12. OBJET : C’est la promesse faite aux destinataires dans le corps du message. Vous vous devez de respecter votre promesse dans le but d’être lu entièrement par le destinataire.

13. OUVERTURE : si le nom de l’expéditeur et l’objet du message ont suscité suffisamment d’intérêt pour l’internaute, ce dernier va l’ouvrir. Il faut savoir que bon nombre d’emails ne sont même pas lu la plupart du temps. L’enjeu des campagnes emailing réside donc en partie ici.

14. READ LENGHT : Correspond au temps passé à lire le contenu (texte, images…) du message. C’est un indicateur permettant de savoir si le destinataire du message l’a ouvert et l’a lu ou l’a ouvert et l’a survolé.

15. CLIC : Lorsque le destinataire clique sur un lien du message. Ici le destinataire clique pour poursuivre la relation initiée par l’email. Il trouve donc le contenu de l’email pertinent pour ses besoins.

16. JUNKBOX : Lorsque le message délivré au destinataire est classé dans les indésirables par le gestionnaire de messagerie. Il peut encore être placé dans les « désirables » et n’est pas perdu pour autant.

17. SPAMFILTER : C’est un message rejeté par le Fournisseur d’Accés à Internet pour cause de suspicion de spam. Ici, si la suspicion n’est pas contredite, alors le blocage du message pourra être total.

18. SOFT BOUNCE : C’est un message temporairement rejeté pour de nombreuses raisons. Ainsi, en tant que gestionnaire de campagnes emailing, si vous avez trop de résultats en Soft Bounce, vous risquez d’avoir un taux de déliverabilité mauvais.

Lire :   Comment les internautes consomment leurs e-mails ?

19. HARD BOUNCE : L’email n’est pas délivré ici non plus mais pour deux raisons distinctes : domaine invalide ou destinataire inconnu.  Un nombre élevé de ces hard bounce démontre une mauvaise qualité de votre base de données clients.

20. HONEY POT : C’est une adresse spécialement créée pour piéger les spammers. En français : pot de miel. Fonctionne comme un programme informatique et reproduit le fonctionnement d’une machine physique.

21. SPAMTRAP : Ce sont des adresses mortes utilisées par le serveur destinataire pour détecter des spammers.

22. SPAM REPORT : Le destinataire déclare le message reçu comme étant un spam.

23. RBL ou BLACKLIST : Real-Time Blackhole list est une liste recensant les expéditeurs que l’on considère comme étant des spammers.

24; SENDER SCORE : c’est un score de réputation entre 0 et 100 établie par IP et domaine d’expéditeur.

25. WARMING UP AN IP : correspond à l’augmentation progressive d’emails envoyés à partir d’une IP pour construire et gérer sa réputation.

 

Voilà, maintenant que vous connaissez la partie immergée de l’iceberg en matière d’emailing marketing, à vous de jouer!

Avez vous trouvé cet article utile ?

Cliquez sur une étoile pour voter

Note moyenne / 5. Total des avis :

Pas de vote à ce jour, soyez le premier à donner votre avis