Comment Google et les réseaux sociaux luttent à l’ère de la désinformation ?

Fin d’année 2016, un sujet était au cœur des débats : les « fake news ». Pourquoi cela ? Eh bien, après l’élection de Donald Trump, le web s’est rendu compte qu’il était facilement possible de créer et de diffuser à travers Google et Facebook (entre autres) de fausses informations. Les grands du web commencent à s’attaquer à ce contenu « fake ».

« Conspiracy theories and fake news predate social networks. But Facebook and Twitter supercharge them ». Tom Cheshire

Google s’attaque aux « fake news »

De plus en plus de contenus sont créés afin de diffuser de fausses informations qui prennent une très grandre ampleur grâce à la puissance des médias tels que Google et Facebook. Ces derniers ont des difficultés à réagir à cette montée en puissance des « fake news ». Ils commencent tout juste à prendre des mesures. Par exemple, Google a récemment supprimé des résultats de recherche qui indiquaient que l’Holocauste n’avait jamais existé.

En effet, jusqu’à il y a peu, des résultats de sites négationnistes remontaient dans les meilleures positions de Google. Depuis que Google a mis en place certaines mesures, même si le contenu respecte toutes les règles imposées, il ne sera pas référence. Une grande victoire !

Les grands du Web ont donc un rôle très important à jouer. Ils doivent à tout prix rester neutres mais en même temps lutter contre les « fakes news ». Comment déméler le vrai du faux ? Comment rester objectif ? A la base, un simple index de recherche, Google devient un acteur ayant le droit « de vie ou de mort » sur l’information.

La lutte de Facebook contre les fausses informations

Mark Zuckerberg l’a annoncé, il souhaite lutter contre la désinformation après avoir été au centre d’un article BuzzFeed montrant que « 20 histoires fausses auraient généré plus de 8,7 millions de partages contre 7,4 millions pour les 20 articles de sites d’informations « sérieux » ».

  • Plan d’action Facebook pour lutter conte la desinformation

Facebook a indiqué qu’il ne souhaitait pas censurer l’information pas de censure à proprement parlé – « nous ne deviendrons pas les arbitres de la vérité ». Facebook souhaite en priorité travailler sur les hoax les plus partagés en faisant en sorte que les membres Facebook recense ces contenus de mauvaise qualité.

Si un utilisateur lambda trouve un contenu « faux » sur facebook, il lui suffit de cliquer en haut à droite de ce contenu pour le signaler rapidement.

Plus d’informations dans la vidéo ci-dessous :

Les utilisateurs vont être mis au courant si les posts qu’ils lisent font débat et sont potentiellement de fausses informations. Lorsqu’une actualité ou un contenu est signalé, il sera alors impossible de la promouvoir.

De la même façon, les faux sites d’information vont être empêchés de publier. Les spammeurs auront ainsi des difficultés à générer des contenus.

Comment supprimer des fake news sur facebook ? (réponse par Buzzfeed)

D’autres articles sur les « fake news » Facebook : 
  • http://www.zdnet.fr/blogs/marketing-reseaux-sociaux/le-plan-de-facebook-pour-combattre-les-fake-news-39846108.htm
  • http://news.sky.com/story/sky-views-democracy-burns-as-facebook-lets-fake-news-thrive-10652711
  • http://www.blogdumoderateur.com/facebook-fausses-informations/