Etude e-commerce : où en sont les performances des e-commerçants Français ?

 
Cet article vous intéresse ? Partagez le

Une étude Google et Kantar Media mesurent différentes performances liées au e-commerce et aux e-commerçants Français. Ce baromètre très attendu nous donne quelques performances dans les secteurs de la distribution, du voyage, des télécommunications et de l’automobile. Si vous souhaitez avoir les résultats dans leur totalité rendez-vous sur e-commerce mag.

Cette étude a été faite avec quatre indicateurs principaux : le taux de rebond, de refus, le taux d’abandon et le taux de conversion.

etude kantar media et google e-commerçants

Les e-commerçants du secteur de la Distribution

  • Le secteur de la distribution englobe le prêt à porter, l’high-tech et électroménager.

Le taux de rebond moyen est de presque 35%.  Dans le domaine du prêt-à-porter, il est plus élevé avec 48%. d’où vient le problème ? Simplement d’une part élevée de visites qui ne se lance pas dans un processus de commande. On remarque ici que les internautes cherchent très souvent de l’information sur internet.

Le taux de refus est quant à lui élevé sur les sites des sociétés « multicanales ». Le taux d’abandon du secteur de la distribution est autour de 60%.

Lire :   L'abandon de panier, ce fléau ! (baromètre Q4 2015)

Différents cas de figure sont à prendre en compte ici. Certains taux d’abandon sont bas : autour de 25% et d’autres vont jusqu’à 75% . Ce qui siginie que jusqu’à 75% des visiteurs abandonnent leurs achats avant d’arriver au paiement de leur commande. Il s’agit d’optimiser votre chemin de navigation à tout prix !

Les e-commerçants du secteur du Voyage

  • Ce secteur englobe les agences de voyages en ligne, et les tours opérateurs.

Les taux de rebond moyen dans ce secteur sont assez proches de ceux de la distribution : autour de 35%.

Par contre, les sites d’agences de voyages en ligne affichent un taux de conversion moyen par visiteur de 4,6% alors que les sites de tours opérateurs ont un taux de conversion sur le site proche de 0 (0,3%). Il existe une grosse disparité autour de cet indicateur.

De plus, si les taux de refus sont élevés et de l’ordre de 80%, c’est à cause d’une concurrence exacerbée sur le secteur du voyage en ligne et de la réservation de séjours en ligne.

Les e-commerçants du secteur des Télécommunications

  • Dans cette étude Google et Kantar média, ce sont seulement les sites des opérateurs proposant des offres d’abonnements avec engagement ont été pris en compte

Le taux de rebond est ici supérieur aux autres : 46%. Pourquoi cela? Simplement parce que les offres dans la télécommunication sont très (trop) complexes. Cela n’encourage pas l’internaute à se lancer dans une lecture trop compliquée.

D’autres part, le fort taux de refus (88%) indique comme pour de nombreux autres secteur qu’une grande part des visiteurs vient en premier lieu pour se renseigner sur un site internet e-commerce.

Lire :   Etude Bonial : Quel impact du digital dans l'acte d'achat d'un produit High-Tech ?

Les e-commerçants du secteur de l’Automobile

  • Cette étude a pris en compte seulement les les sites pure-players de vente de pneus. 

Le secteur étant très concurrentiel, le taux de refus est ici très élevé (89%)Une explication : pour le secteur de l’automobile, la concurrence est rude au niveau local avec des garages locaux. De plus les pneus nécessitent d’être montés d’une manière spécifique. L’achat de pneus sur internet ne permet pas un montage pris en charge.

Le taux d’abandon est plus faible que pour les voyages en ligne et le taux de conversion est tout de même respectable.

Ainsi donc, cette étude Google et Kantar Media nous apprends quelques notions en matière de taux de rebond, taux de refus, taux de conversion etc… par secteur d’activité. De quoi pouvoir comparer les données de votre site e-commerce avec celles du secteur ! Alors, êtes-vous dans la moyenne ?

Création newsletter

Avez vous trouvé cet article utile ?

Cliquez sur une étoile pour voter

Note moyenne / 5. Total des avis :

Pas de vote à ce jour, soyez le premier à donner votre avis

A propos AudreyPortes

Audrey est en thèse de doctorat #marketing et monitrice d'enseignement à l'IAE de Montpellier. Elle a en poche un master 2 spécialisé #emarketing et a passé une année aux USA. Elle travaille plus particulièrement sur l'omni-canal, les parcours d'achat, le #CRM, la relation client, la transparence des entreprises et le dilemme de privacy paradox dans un contexte hyper-connecté. Passionnée par de nombreux sujets : recherche en marketing, psychologie du consommateur... et surtout de running ! Egalement blogueuse #ecommerce, #communitymanager au quotidien et sur des événements spécialisés comme #connecsud. Try to follow her : @AudreyPortes

7 réflexions au sujet de « Etude e-commerce : où en sont les performances des e-commerçants Français ? »
  1. Yves

    je me lance dans le ecommerce et c`est vrai que d`aurtes pays ont compris l`aubaine plus vite mais bon ca veut pas dire qu`on ne va pa sle rattraper ni les depasser 🙂
    j`ai trouve une fournisseur, dropshipping pologne, qui propose des exports gratuits vers les places de marches, sacre coup de pouce surtout au debut ou ma noutqiue n`est pas encore positionnee. je croise les doigts

  2. Centre d'appel

    en tout cas par rapport aux marchands en ligne belges, les français ont une nette avance. Sinon c’est vrai que le secteur français reste à la traîne par rapport aux autres pays

  3. Pingback: Etude e-commerce : où en sont les performances des e-commerçants Français ? - Window on Web | Formations webmarketing | Window on Web | Formations webmarketing

  4. Pingback: Etude e-commerce : où en sont les performances des e-commerçants Français ? | Arkantos consulting

  5. Pingback: Etude e-commerce : où en sont les perfor...

  6. Pingback: Etude e-commerce : où en sont les perfor...

  7. Pingback: Etude e-commerce : où en sont les performances des e-commerçants Français ? | Cibleweb formations

Comments are closed.