Publicité en ligne : Météo des marchés à la Maison du Numérique à Montpellier

29 janvier 2015

Avant hier, mardi 27 Janvier, avait lieu à la Maison du Numérique à Montpellier, un rendez-vous spécial Marketing Digital. Un moment agréable en partenariat avec Objectif LR et l’Idate.

Nous vous proposons ici un bref compte rendu de cette conférence et de la table ronde qui a suivie.

 2015 : le temps de la reprise ?

Il est évident que le secteur du numérique est impacté par les temps moroses qui courent acutellement. Nous ne sommes plus dans la phase de « folie » avec une croissance à double chiffres d’il y a quelques temps (4/5 ans).

2015 serait pourtant l’année de la reprise bien que les investissements massifs ne soient toujours pas d’actualité.

Ce qui va faire la différence ? Les TPE / PME sur le secteur du e-commerce qui sont actuellement nombreuses à se déployer et ce avec de petits moyens.

Les nouveautés dans le monde digital

Les intervenants revenaient du CES 2015 qui se tenait cette année à Las Végas. Ils ont apporté avec eux toutes les nouvelles tendances

  • Il apparaît que le monde du PC est en train de se faire largement dépasser par celui des tablettes (+21%), des smartphones (+10%) et par celui des objets connectés (+134%) qui représente maintenant plus de 64 millions d’euros.
  • Les objets connectés sont par exemple : les réveils, les chaines hifi, les ports clés, les montres, les balances, le gros électroménager…
Sur le même sujet :   La personnalisation pour plus de conversions sur son site e-commerce - Ebook gratuit !

Le carton plein des objets connectés

Le secteur des objets connectés est en totale explosion. On dit même qu’il va révolutionner l’internet avec « internet of me ». C’est à dire Internet des « wearables, en d’autres termes des objets que l’on porte sur soi).

Les autres secteurs qui tirent l’innovation vers le haut sont également celui des smartphones et de la mobilité, celui de la tv (4K vers la 8K), de la TV connectée qui deviendra personnelle en nous faisant voir des publicités plus ciblées…

D’autres segments sont aussi prometteurs mais à un stade moins avancé de développement : celui de l’e-santé et celui des voitures connectées.

D’autres secteurs étaient également représentés : l’impression 3D, les drones, la réalité augmentée, la robotique, l’internet des animaux…

La publicité en ligne : où en est-on ?

  • Le marché de la publicité en ligne en France en 2014 a représenté 2,7 milliards d’euros
  • La publicité media a quant à elle représenté 9,8 milliards d’euros
  • La publicité en ligne a représenté 6 milliards d’euros en Angleterre !
  • Le search a compté pour 66% des investissements tandis que le display a représenté 26% de 2,7 milliards des dépenses dans le secteur
  • La tendance ? La publicité sur les réseaux sociaux, sur les mobiles, le Real Time Bidding… La vidéo révolutionne quant à elle la nature de la publicité numérique et s’impose grandement.

Teads, success story à la française

La société Teads était présente lors de cette réunion-conférence. Cette société qui a levé 24 millions d’euros de fonds il y a quelques semaines a basé son activité sur la video publicitaire. La problématique que s’est posée la société Teads à l’origine était : comment toucher des personnes qui ne regardent pas la vidéo avec une publicité vidéo ? Et la réponse ne s’est pas faite longtemps attendre : en inventant un nouveau format de publicité vidéo : l’outstream.

Sur le même sujet :   Infographie SEO : Pourquoi le référencement est primordial pour votre business ?

A la différence de l’instream où la publicité vidéo est diffusée dans la video de contenu enpre roll, mid roll ou post roll, l’outstream permet de ne plus associer le flux vidéo publicitaire et le contenu. Vous pouvez alors retrouver une vidéo de publicité pour Coca-Cola dans un article du Figaro que vous êtes en train de lire sur votre tablette.

L’annonceur ne paye alors que si la publicité est vue intégralement par l’internaute. Toutes les parties engagées sont alors gagnantes.

Bien évidemment la question de l’intrusivité et de l’éthique de ce format publicitaire et de ces pratiques se pose. Toutefois, il semble que le formats instream soit moins intrusif que l’outstream puisque l’outstream permet de passer la vidéo publicitaire si nous ne sommes pas intéressés. Le format instream ne permet pas de passer.

Il semble que la publicité en ligne soit de toute façon le résultat d’un contrat tacite entre l’utilisateur et l’éditeur : « je paye pour voir le contenu ou je regarde la publicité pour lire le contenu gratuitement ».

Avez vous trouvé cet article utile ?

Cliquez sur une étoile pour voter

Note moyenne 0 / 5. Total des avis : 0

Pas de vote à ce jour, soyez le premier à donner votre avis